Comunidade Nova Esperança (PR): incorporando os direitos dos migrantes e refugiados internacionais nas demandas dos movimentos por moradia no Brasil
La Communauté Nova Esperança s'est implantée en 2020 dans un espace public à la périphérie de la ville de Curitiba, capitale de l'état de Paraná, à partir des actions du Mouvement Populaire pour le Logement (MPL). La zone occupée, dont la superficie totale est de 371 420,23 m2, appartient à la Fondation d'Action Sociale, une entité publique liée à l'exécutif municipal de la ville de Curitiba. S’agissant d’une occupation, la zone est actuellement l'objet de l'action légale de reprise de possession. Face à la nécessité d'éclaircir les caractéristiques de la zone, le Parquet de l'état du Paraná a demandé à l'Université Fédérale du Paraná (UFPR) une étude technique sur les possibilités d'utilisation, d'occupation et de lotissement de la zone ainsi que sur les contraintes environnementales puisque la zone est située dans une commune d’environnement fragile. Dans cette étude, nous analysons l’environnement, les conditions générales de vie, de logement et les formes de génération de revenus d’environ 1 200 familles dont 65 % ont entre 25 et 59 ans et dont ¼ sont des immigrés particulièrement touchés par la pandémie et par la crise économique. Dans l’ensemble, nous avons identifié l'omission de l'État à l'égard des politiques de logement et de protection sociale. Dans le sens inverse, dans la communauté, les habitants préservant la forêt, organisent la collecte des déchets solides, construisent des bio digesteurs et certaines structures de bio-fosses dans le but de réduire la contamination des sols et des eaux souterraines. En outre, il y a le jardin communautaire, la cuisine collective et l’atelier de couture. La zone occupée est solution évidente au déficit de logements. En outre, la génération de revenus et les nouvelles formes de sociabilité entre brésiliens et immigrés sont des exemples qui peuvent inspirer la mise en place des politiques d’accueil et d’intégration.